Les défis (et potentiels) de la classe virtuelle synchrone —Thot Cursus

Elle n’a pas été simple la transition du présentiel au virtuel en enseignement! Bien que ce type d’enseignement existait bien avant la pandémie, jamais il n’avait été envisagé que la majorité de la population scolaire y migre d’un coup..

Les difficultés de l’enseignement à distance

Ils n’étaient pas les seuls à devoir se familiariser à ce nouveau dispositif. Les élèves aussi, habitués de se rendre quotidiennement à l’école, ont eu droit à des défis. Ainsi, comme le rappelle ce document de chercheurs québécois en pédagogie, le corps enseignant a été confronté à une multitude d’attitudes problématiques.

Réussir sa classe virtuelle

Une des premières stratégies est d’établir un coin de chez soi et d’accepter qu’il soit cet endroit qui va passer du privé au “public” de la classe. En effet, cela semble primaire mais, même avant la pandémie.

La réussite passe aussi par une bonne scénarisation des classes. Elles n’ont pas à être toutes sous une forme magistrale. Certaines peuvent servir pour du travail de projet, d’autres pour évaluer les acquis ou remédier à des difficultés éprouvées par rapport à certains pans de la matière. L’engagement est encore plus essentiel dans un contexte synchrone d’enseignement. Il n’est pas difficile pour les jeunes de faire autre chose pendant la classe pour se “désennuyer”. D’où l’importance d’assurer une part interactive dans chaque cours, des moments de discussion gérés par la levée de main (virtuelle), etc.

Enfin, il n’est pas possible d’effectuer de longues séances en classe virtuelle sans créer de la lassitude. Permettez quelques pauses durant les quelques heures du cours et surtout comptez aussi sur l’asynchrone pour avancer dans le cursus. En effet, demander aux élèves d’avoir regardé une vidéo ou réalisé un travail en particulier avant la prochaine classe fonctionne habituellement bien.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.